Combien compte-t-on d’expatriés français ?

On peut estimer à 2,5 Millions le nombre de français expatriés, soit environ 4% de la population française. Les français expatriés sont de plus en plus nombreux et 1 français sur 5 envisagerait de s’installer à l’étranger d’après Ipsos.

Les expatriés sont pour 43% des personnes âgées de 18 à 24 ans, pour 35% des 25-34 ans et des cadres supérieurs expérimentés pour 30%. Quant aux entrepreneurs, 1 expatrié français sur 5 est un créateur d’entreprise. Ce nombre a doublé en 10 ans.

Où vivent ces expatriés ?

D’après le registre de « la population inscrite des français de l’Etranger au 31/12/2013 », ils sont 50,4% expatriés en Europe, 14,6% en Afrique, 13% en Amérique du Nord, 8,4% au Proche et Moyen Orient, 7,6% en Asie et Océanie et 6% en Amérique Centrale et du Sud. Les 10 pays préférés des expatriés et détachés français sont : la Suisse, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Belgique, l’Allemagne, l’Espagne, le Canada, Israel, Le Maroc et l’Italie.

Dans la clientèle d’ASSUR-TRAVEL, nous constatons que les métiers les plus présents sont liés à l’informatique, au tourisme (dont restauration) et à l’ingénierie.

Du contrat d’expatrié au contrat local :

Depuis 2008 les entreprises ont considérablement revues leurs contrats expatriés. Les contrats d’expatriés incluant appartement de fonction, bonus salarial, frais de scolarité sont aujourd’hui l’exception. Place aux contrats locaux.

La dernière étude de Mondissimo confirme cet état : les expatriés d’entreprise ne représentent plus que 19% des français à l’étranger contre 36% il y a 10 ans. Cela s’explique car plus de la moitié des expatriés travaillent pour des sociétés locales et  même certaines entreprises françaises recourent au contrat local pour faire des économies.

Alors avant de s’expatrier, attention à bien prendre en compte, non pas juste le salaire proposé, mais le coût global d’une expatriation à savoir, les frais de santé, de scolarité dans une école française privée, de logement, voici quelques exemples :

- Londres : au moins 6 000 € par famille par an pour la santé, 20 000 €/an pour un enfant en maternelle et 60 €/M2 pour un loyer,

- Munich : au moins 3 500 € par famille par an pour la santé,  5 000 €/an pour un enfant en maternelle et 16 €/M2 pour un loyer

- Bruxelles : au moins 3 500 € par famille par an pour la santé,  2 000 €/an pour un enfant en maternelle et 8 €/M2 pour un loyer

- Casablanca : au moins 3 000 € par famille par an pour la santé, 2 000 €/an pour un enfant en maternelle et 10 €/M2 pour un loyer

- Dakar : au moins 3 000 € par famille par an pour la santé, 6 000 €/an pour un enfant en maternelle et 10 €/M2 pour un loyer

- Pointe-Noire : au moins 3 000 € par famille par an pour la santé, 6 000 €/an pour un enfant en maternelle et 30 €/M2 pour un loyer

- Hong-Kong : au moins 6 000 € par famille par an pour la santé, 10 000 €/an pour un enfant en maternelle et 40 €/M2 pour un loyer

- Singapour : au moins 6 000 € par famille par an pour la santé, 10 000 €/an pour un enfant en maternelle et 35 €/M2 pour un loyer

- Shangai : au moins 6 000 € par famille par an pour la santé, 7 000 €/an pour un enfant en maternelle et 25 €/M2 pour un loyer

- Dubai : au moins 6 000 € par famille par an pour la santé, 7 000 €/an pour un enfant en maternelle et 22 €/M2 pour un loyer

- Sydney : au moins 6 000 € par famille par an pour la santé, 7 000 €/an pour un enfant en maternelle et 35 €/M2 pour un loyer

- Rio de Janeiro : au moins 6 000 € par famille par an pour la santé, 5 000 €/an pour un enfant en maternelle et 20 €/M2 pour un loyer

- San Francisco : au moins 10 000 € par famille par an pour la santé, 25 000 €/an pour un enfant en maternelle et 32 €/M2 pour un loyer

- Montréal : au moins 10 000 € par famille par an pour la santé, 2 000 €/an pour un enfant en maternelle et 9 €/M2 pour un loyer

Durée d’expatriation :

Il est intéressant de noter que ce changement de type de contrat de travail a une incidence sur la durée d’expatriation.  La durée d’expatriation tend à s’allonger, elle serait aujourd’hui de 8 à 10 ans. D’après la CCI de Paris 18% des candidats au départ envisagent de rester plus de 10 ans l’étranger et d’après le baromètre Deloitte/Ifop 28% des jeunes diplômés pensent s’expatrier à vie.

PVT-WHV :

Enfin souvent avant de bénéficier de contrats locaux, les plus jeunes candidats partent via des PVT- WHV(Programmes vacances travail ou Working Holidays Visas). Mais attention chaque pays fixe un nombre de places limité par an, par exemple le Canada attribue 7 000 PVT par an et  2 300 JP (Permis jeunes professionnels) pour les jeunes français candidats à l’exode.