Expatriation : gérer les bas

Publié le 11/03/2020 à 15h01 et mis à jour le 02/07/2020 à 10h56

Seul maître à bord

Et oui, quand on s’expatrie on est un peu seul maître à bord.

Dans votre nouveau pays d’accueil, tout fonctionne différemment et il va falloir s’y faire : gérer les papiers administratifs, louer un logement, gérer les factures, se créer un compte en banque, connaître et adopter les codes culturels…

Il faut parfois (souvent !) faire face à une administration complexe et la barrière de la langue n’aide pas toujours.

Et loin de ses amis et compatriotes français, ce sentiment de solitude peut être lourd à traverser.  Il arrive que des expatriés aient le sentiment que ce soit « trop pour eux » : trop d’un coup, trop de stress, se demander « ce qu’on fait la ».

Mais pas de panique, cette phase est temporaire. Dès que le plus gros est passé, que vous êtes installé que vous avez pris vos marques dans le quartier, tout est plus simple.

Vous êtes sur les rails et vous avez davantage de temps à consacrer à votre intégration et à l’apprentissage de la langue.

Pour que cette phase soit la plus douce possible, n’hésitez pas à rejoindre les groupes d’expatriés français sur les réseaux sociaux. Vous trouverez des centaines de français qui sont déjà passés par votre situation et qui pourront vous aiguiller.

Se faire des amis locaux

La solitude peut être également due au fait que l’on se sente perdu, noyé dans tout cette nouveauté. Ce sentiment fera surface de temps en temps au cours de votre expatriation :
Le mal du pays, vos amis qui vous manquent, les difficultés à s’intégrer pleinement, la difficulté à préparer les mêmes petits plats qu’en France, se faire de nouveaux bons amis, équilibrer votre vie professionnelle et personnelle, les relations avec vos collègues internationaux, gérer l’intégration des enfants pour ceux qui partent en famille, maintenir le contact avec les proches en France…

Mentalement et émotionnellement tout cela est challengeant.
Alors pour pallier à ces baisses de morales, il est primordial que vous vous fassiez des amis locaux. Ils vous aideront à mieux connaître la culture, ses codes, ses secrets…
Pour cela, allez dans les lieux fréquentés par les natifs du coin: bars, club de sport, associations… Faites un loisir qui vous plait et vous allez vite connecter avec les personnes rencontrées.

Une petite baisse de moral

Si vous sentez que la situation vous pèse de plus en plus, faites un break, prenez du temps pour vous.

Internet est un grand allié : remontez-vous le moral avec un film ou une série française !

Un vrai bol d’oxygène si vous êtes dans une phase un peu difficile.

Ces besoins de reconnections aux racines sont fréquents lors de la phase du « choc culturel ».

En effet, après la phase « lune de miel » qui est la partie enthousiasme et découverte que tout expatrié vit au début de séjour, vous risquez de vous sentir un peu perdu, frustré.

Les difficultés vont être un peu plus pesantes. Car vous prenez pleinement conscience que vous êtes venu pour un certain temps et non pour des vacances, et que par conséquent il va falloir accepter et vous adapter à toutes ces différences culturelles.

Au travail ou dans la vie courante, vous allez vous retrouver dans des situations parfois stressantes, déstabilisantes. Vous allez ressentir parfois des doutes, de la peur, de la colère, de la frustration.

Pour gérer ces phases entraînez-vous à voir les émotions comme des alertes. Accueillez-les avec bienveillance.

La colère par exemple, survient lorsqu’une règle importante pour vous n’est pas respectée.

La peur vous signale un danger et un besoin de sécurité.

Acceptez vos émotions, ne les niez pas. Elle vous aide à remettre de l’attention sur ce qui est important pour vous.

Ensuite, viendra le moment où vous allez totalement vous adapter au pays.

Pour vous diriger doucement mais assurément vers cette phase d’adaptation, apprenez la langue locale le plus tôt possible.

Certes, elle sera plus simple dans certains pays que dans d’autres, mais elle vous ouvrira des portes et facilitera grandement votre intégration.

Si vous avez des enfants, faites connaissances avec les autres parents, invitez-les chez vous.

Allez aux évènements de votre ville : concerts, spectacles, exposition…
C’est dans l’action que vous allez générer des résultats positifs pour vous et ceux qui vous accompagnent dans cette aventure.

Blog expatriation gerer les bas femme

Inscrivez-vous à la newsletter !

Tenez-vous informé