Partir vivre en Thaïlande : 10 conseils pour réussir son expatriation

Publié le 11/08/2021 à 13h40 et mis à jour le 01/12/2021 à 15h20

Partir vivre à l’autre bout du monde est une aventure déstabilisante. Entre barrière de la langue et nouvelle culture, il convient de rassembler quelques informations pour réussir cette épreuve dans les meilleures conditions.

Se renseigner sur la vie en Thaïlande avant de partir

Petit paradis sur terre, la Thaïlande a tout pour attirer de nouveaux expatriés. Mais entre la carte postale et la réalité du terrain, il y a parfois quelques écarts. Bien que la Thaïlande soit un pays particulièrement agréable à vivre, sa culture et ses conditions de vie ne conviennent pas à tout le monde. L’idéal, avant de faire ses valises de manière définitive, est de profiter de vacances pour découvrir le pays du sourire. Il est ainsi possible de profiter de la Thaïlande durant un mois sans avoir à demander de visa. Nourriture, culture, transports, profiter de ce temps pour apprendre à connaître le pays et ses habitants est le meilleur moyen de se préparer au grand départ.

Déterminer un projet de vie en Thaïlande

De nombreuses raisons peuvent pousser les Français à choisir de partir vivre en Thaïlande. Pour passer une agréable retraite, profiter du faible coût de la vie, du soleil et des plages, trouver un travail, quelle que soit la raison, il est important de bien déterminer son objectif et de se renseigner sur les conditions d’un tel projet. Il faut par exemple savoir qu’environ une trentaine de professions sont interdites aux étrangers en Thaïlande. Impossible de devenir maçon, guide touristique ou encore médecin. La Thaïlande protège ses citoyens. En revanche, les Français sont particulièrement appréciés dans le domaine de l’hôtellerie ou l’ingénierie. Bien préparer son projet permet donc d’éviter les mauvaises surprises une fois sur place.

Régler les démarches administratives thaïlandaises

Partir sereinement en Thaïlande nécessite de régler toutes les démarches en France (prévenir la banque, les impôts, etc) mais aussi de préparer celles à venir dans le pays d’accueil. S’expatrier doit se faire dans les règles pour profiter pleinement de l’expérience. Cela passe notamment par la demande de visa et du permis de travail si besoin. Le visa non-immigrant B est le plus adapté au profil d’expatrié. Il existe ensuite différentes catégories en fonction de votre projet dans le pays (retraité, travailleur, etc). Ce n’est qu’une fois le visa délivré qu’il est possible de faire sa demande de permis de travail.

S'adapter à la nourriture thaïlandaise

Le changement de régime alimentaire est parfois violent pour les voyageurs. Afin de passer cette étape en douceur, il est conseillé d’alterner entre plats traditionnels thaïlandais et habitudes culinaires françaises. Il est ainsi possible de faire ses propres courses pour préparer des plats un peu plus digestes pour un touriste. Bien sûr, les aliments importés sont légèrement plus chers que le reste. Au fur et à mesure, il sera plus simple de changer d’alimentation et profiter pleinement des talents culinaires des Thaïlandais.

Prévoir un budget avant de partir en Thaïlande

Les autorités thaïlandaises sont de plus en plus sévères quant aux capacités financières des expatriés sur son territoire. À l’arrivée, il peut être demandé de présenter la somme de 600€ (20 000 Bht)  afin de s’assurer de bon état financier des voyageurs. Il est également demandé, en théorie, de déposer la somme de 1800€ (60 000 Bht) tous les mois sur un compte bancaire thaïlandais. L’essentiel étant surtout que les nouveaux arrivants réussissent à subvenir à leurs besoins. Même si la vie est relativement économique dans l’ensemble du pays, il est important d’avoir de l’argent de côté pour n’importe quelle éventualité.

Apprendre à respecter la culture thaïlandaise

S’adapter à la culture thaïlandaise est certainement le point le plus important pour réussir son expatriation. Vivre en Thaïlande signifie respecter ses habitants, son royaume et la religion bouddhiste. Insulter le roi est passible de prison, tout comme manquer de respect à n’importe quel temple construit dans le pays. Et le Thaïlande ne rigole pas avec ça. Les règles doivent être suivies par tous ses habitants, thaïlandais ou non. D’un calme extrême, les Thaïlandais voient très mal le fait de s’énerver contre quelqu’un, de klaxonner et de montrer un quelconque signe de colère. Il est donc indispensable de garder son calme en toute circonstance.

Se préparer au climat thaïlandais

Réglée par un climat tropical, la Thaïlande connaît des pics de chaleur comme une période de mousson. Même si au premier abord, le soleil fait fantasmer, s’adapter à ces conditions météorologiques n’est pas toujours évident. Les moins résistants à la chaleur préféreront la fraîcheur des montagnes tandis que les adeptes du soleil seront ravis de faire un petit tour à la plage après le travail. Il est donc extrêmement important de choisir son lieu de vie en fonction de ses besoins et de ses envies. Attention également à la saison sèche qui favorise le pic de pollution dans la grande ville de Bangkok et l’ensemble du nord de la Thaïlande.

Prévoir une couverture santé adéquate

La Thaïlande ne manque pas d’infrastructures en ce qui concerne la santé de ses habitants. Hôpitaux, cliniques, toutes les grandes villes sont équipées pour assurer les soins aux Thaïlandais. Mais le coût d’une hospitalisation peut vite monter sans couverture santé. Chaque expatrié doit donc s’assurer d’être assuré afin de faire face aux coûts éventuels d’un rendez-vous médical ou autre. Des assurances pour expatriés peuvent être proposées afin de répondre au besoin d’une vie à long terme en Thaïlande.

Se rapprocher de la communauté francophone en Thaïlande

Rester entre soi n’est pas toujours la meilleure solution pour réussir son intégration. Mais avec modération, bénéficier du soutien d’autres Français peut véritablement aider les expatriés à s’installer dans le pays. Pour obtenir des infos, des conseils, pour s’organiser une soirée, les groupes se composent souvent sur les réseaux sociaux. Passer une soirée entre francophones permet alors d’échanger tous les tuyaux nécessaires pour mieux vivre son expatriation.

Travailler la langue thaï pour communiquer

Devenir bilingue en langue thaï n’est pas obligatoire mais connaître quelques phrases est une très bonne idée pour s’intégrer dans la communauté. Même si beaucoup de Thaïlandais parlent anglais, faire des efforts linguistiques est très bien vu par les habitants. Pour apprendre le siamois, autre nom donné à la langue thaï, il est nécessaire d’étudier un nouvel alphabet et de travailler la prononciation. Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide aux habitants ; les Thaïlandais sont ravis d’aider un étranger à s’exprimer dans la langue nationale.