Digital nomad : le guide ultime pour relever le défi

Publié le 16/03/2020 à 14h27 et mis à jour le 02/09/2020 à 01h53

Vous en avez sûrement déjà entendu parler.

Ces jeunes professionnels qui font du monde leur bureau, qui travaillent depuis n’importe quel endroit de la planète, entourés de paysages de rêve.

Un style de vie qui naît parfois au cours d’un voyage : on se rend compte que l’on ne se voit pas reprendre une vie de bureau classique, alors on entreprend de devenir freelance et de continuer à voyager de pays en pays.
Ou d’une période difficile en entreprise : on se sent enfermé, on se met en quête de plus de liberté, de sens, de plus de temps libre… Puis un jour, on se lance, on quitte la sécurité d’un emploi stable pour parcourir le monde et s’aventurer dans la vie de freelance.

Un statut d’auto-entrepreneur, un ordinateur et une connexion internet suffisent.

Bien sûr, il faut un travail réalisable à distance. Mais rassurez-vous il y en a beaucoup.

En voici quelques-uns :

· Développeur web
· Traducteur
· Rédacteur web
· Graphiste-designer
· Assistant virtuel
· Community manager
· Consultant en communication
· Prof en ligne
· Youtubeur
· Blogueur professionnel
· Photographe
· Trader
· Coach à distance
· …

Il existe plusieurs façons de devenir Digital Nomad

La plus courante :

Il s’agit de proposer vos services à des clients que vous trouverez sur Internet.
Pour cela, il vous suffit d’adopter le statut d’auto-entrepreneur.
Un statut qui offre une grande liberté et a l’avantage d’être simple à créer et à gérer.
La déclaration de ce statut se fait en 15 petites minutes sur internet.
Il vous faut cependant une adresse en France, notamment pour la réception du courrier. Vous pouvez opter pour l’adresse d’un parent ou d’un ami.
Suite à votre déclaration, un numéro de Siret vous sera alors attribué et il devra apparaitre sur vos factures.
Pour déclarer vos revenus vous avez le choix : la déclaration mensuelle ou trimestrielle à l’URSAFF.

Conseil : avant de quitter votre emploi, de prendre votre billet d’avion et de partir votre ordinateur sous le bras, essayer de décrocher vos premiers clients.
En parallèle à votre travail, lancez votre activité, formez-vous à de nouvelles compétences, créez vos profils sur les sites de freelancing, rejoignez des groupes Facebook pertinents…
Voici quelques sites sur lesquels vous pouvez créer votre profil pour lancer votre activité : Upwork, Hopwork, Crème de la crème, Fiverr, Freelance.com….
Toutefois, si vous partez avec quelques économies, vous pouvez aussi faire cela au cours de votre voyage. Prenez alors soin de choisir un pays au bas coût de vie. Car si partez directement au Canada ou à Singapour, vos économies vont très vite s’envoler.
Beaucoup de métiers en ligne seront liés au marketing ou à la communication en général.
Il est primordial de continuer à vous former, car ces domaines sont en perpétuelle évolution et vous devez être au courant des nouvelles tendances.
Les Moocs gratuits sont nombreux sur Internet.
« Live Mentor » peut-être également une belle piste de décollage pour votre nouveau business en ligne.

La plus stable :
De plus en plus de métiers peuvent être effectués à 100% depuis un ordinateur.
Vous pouvez négocier avec votre employeur pour devenir employé en télétravail et ainsi réaliser vos missions depuis n’importe où dans le monde.
Cependant, contrairement au monde du travail américain, le monde du travail français semble être un peu réticent à laisser partir ses employés pendant de longues périodes.
Mais si vous travaillez déjà sur un ordinateur, cela se tente !

La plus challengeante :

Elle ressemble un peu à la première, mais ici, il s’agit de créer votre propre business, d’attirer les clients et de générer des revenus. Ceci peut se faire à travers un blog, des vlogs, des vidéos youtube, la vente de formations….
Tout comme pour la première option, si vous choisissez cette voie, préparez le terrain.
Car se faire connaitre et générer vos premiers clients prend du temps.
Et là…pas de plateforme de freelance pour vous aider à décoller.
Les vidéos d’Antoine Blanchemaison, digital nomad et entrepreneur français peuvent être une grande source d’inspiration.

Restez focus et positif

Lorsque vous allez annoncer à vos proches que vous allez devenir freelance et travailler depuis l’étranger, il se peut que des commentaires négatifs viennent vous parasiter.
« Mais c’est imprudent », « tu as un CDI, ne l’abandonne pas », « ce n’est pas sérieux », « tu pars en vacances… », « tu fuis la réalité », « à ton retour en France, tu auras du mal à trouver un emploi stable » etc.
Protégez-vous des commentaires et des personnes négatives, même si ce sont vos proches.
Ils veulent votre bien et vous les aimez profondément, mais parfois ils projettent leurs peurs sur vous. Et un tel projet requiert du courage, de l’optimisme et de l’engagement.
Si l’idée de devenir « digital nomad » vous fait vibrer, lancez-vous.
Ce que quoi vous portez votre attention à une grande importance.
Devenir « digital nomad », c’est apprendre à penser comme un entrepreneur. Et un entrepreneur, ça pense solutions, pas problèmes.
Quoi qu’il arrive vous allez apprendre beaucoup professionnellement et personnellement.
Et si vraiment ça ne marchait pas, la France sera toujours là.

Blog article Digital Nomad

Discipline, organisation, bien-être

Organisez-vous

Travailler depuis où l’on veut et quand on veut, c’est vraiment agréable, mais cela requiert un minimum de discipline.
Quand on est à l’étranger, on a envie de tout découvrir. Mais gardez bien en tête que vous n’êtes pas en vacances. Pensez à organiser votre semaine et vos moments de loisirs. Prenez soin de votre santé, de votre corps et de votre sommeil. Ce sont les piliers de l’efficacité au travail.
Même si vous êtes sur les routes et que vous changez de pays tous les 3 mois, essayez de planifier vos journées.
– Combien de jours par semaine vous consacrez à votre travail ?
– Êtes-vous plus efficace le matin, l’après-midi, le soir ?
– Quel est le décalage horaire avec le pays de vos clients ?

Prenez soin de vous

Travailler en voyageant est plus fatiguant qu’on ne l’imagine.
C’est un style de vie qui fait rêver, mais vous allez être sollicité(e) émotionnellement et mentalement en permanence.
Vous allez souvent vous sentir seul(e), vous allez régulièrement devoir dire au revoir à des amis rencontrés sur place, vous adaptez à un nouveau pays, une nouvelle culture.
Trouver un nouveau logement, un nouvel espace de co-working, recréer des amitiés.
Tout ceci est fatiguant et votre santé sera le pilier de la réussite d’un tel projet.
Alors même si ces conseils peuvent vous sembler « bateau » : mangez sainement, faites du sport, et rencontrez du monde.
Car lorsque l’on se retrouve à travailler au bord de la plage, il est très tentant de se sentir en vacances et d’adopter une hygiène de vie détendue et festive. Ce qui est très agréable sur le court terme… mais particulièrement nuisible sur le long terme.
Si vous souhaitez inscrire votre projet sur la durée, développez votre sens de l’organisation et de la discipline. Cela vous permettra d’être efficace dans votre travail et de dégager du temps libre pour les loisirs, les excursions et autres aventures en tout genre.

Voyagez slow

Un conseil : ne voyagez pas trop vite.
Prenez votre temps puisque vous avez tout le temps du monde. Vous n’avez pas de billet retour, profitez !
Aucun patron ne vous attend en France. C’est vous le capitaine.
L’idéal est de rester 3-4 mois par pays afin de vous familiariser avec la culture, de créer des liens avec les habitants et de rencontrer d’autres « digital nomads ».
De très nombreuses villes dans le monde disposent d’espaces de co-working dans lesquels vous vous retrouverez entre freelances du monde entier.
L’occasion de s’enrichir de l’expérience des autres, de trouver de nouveaux partenaires, de se constituer un réseau, de se faire présenter la ville par les « anciens »…
Un tour sur internet vous permettra de les localiser facilement.
Lorsque l’on seul à l’étranger, il est toujours agréable de se retrouver entre personnes qui vivent la même aventure que vous.
Toutefois, osez aller à la rencontre des locaux. Ne restez pas tout le temps avec vos amis nomades.
Vous voyagez lentement et vous avez le temps de faire de vraies rencontres avec les habitants de la ville où vous vous trouvez. Cela vous permettra de pratiquer la langue locale, de mieux connaître la culture, de vous intégrer plus rapidement, de connaître les endroits inconnus des touristes…

Gérer son budget

Être freelance c’est assumer une certaine instabilité financière.
Les clients vont et viennent et les missions sont plus ou moins courtes.
Et vos revenus varient beaucoup.
Au début, il est préférable de vous orienter vers des pays au faible coût de vie : Asie, Amérique Latine…
Cela vous permettra de prendre le temps de décoller, de lancer votre activité sans le stress des revenus.
En effet, dans de nombreux pays vous pouvez vivre tranquillement avec 500€ par mois.
Pour le logement, cela dépend de ce que vous recherchez.
Les auberges de jeunesses proposent des prix très abordables.
Ce n’est pas l’endroit le plus calme pour travailler, mais vous trouverez facilement des cafés avec wifi ou des espaces de co-working dans le centre ville.
La solution favorite des « digitals nomads » est probablement Airbnb.
Si vous restez plusieurs mois, autorisez-vous à vivre dans un logement confortable, disposant d’une bonne connexion internet. Dans de nombreux pays, les loyers sont beaucoup plus bas qu’en Europe.
Et si vous êtes à l’aise avec la langue du pays, vous trouverez de nombreux logements à louer sur les groupes Facebook de location.
Assurez-vous de louer votre logement au mois.
Cela vous permettra de garder votre liberté et de ne pas perdre d’argent au cas où vous souhaiteriez changer de ville ou de pays plus tôt que prévu.

La carte bancaire du voyageur

Gérer son budget c’est aussi choisir comment on gère son compte bancaire.
Si vous gardez votre compte bancaire français, il est probable que la banque vous impose de lourdes commissions.
Pour éviter cela et éviter des frais importants nous vous suggérons de vous orienter vers une banque en ligne.
Revolut ou N26. Elles permettent de retirer partout dans le monde sans frais.
Tout est gérable depuis l’application. Vous pouvez ainsi bloquer la carte si vous la perdez et la débloquer si vous la retrouver. Le résumé de vos dépenses apparaît en direct sur l’application, les virements sont simplifiés….
Un point de plus à Revolut qui vous renvoi une carte partout dans le monde en une semaine si vous perdez la vôtre.
Vous trouverez sur Internet de nombreux comparatifs de ces deux banques.
Cependant, nous vous recommandons d’avoir dans vos bagages, séparée de votre seconde carte, votre carte française.
Avoir deux cartes bancaires sur vous offre une véritable bouée de secours au cas où vous perdez l’une des deux. Vous pourrez continuer à avoir accès à l’un de vos compte le temps qu’une nouvelle carte vous soit envoyée.

Les règles de base

Voyagez léger

Un ordinateur, un casque, un chargeur : tout cela occupe du poids et de l’espace qu’il faut prendre en compte lors de la préparation du sac.
C’est l’une des règles de bases du voyage au long terme : voyagez léger !
Quand on voyage, on change d’endroit régulièrement, on prend des bus, des taxis, des avions…Et plus votre sac est lourd, plus vous allez souffrir.
Pour les vêtements prenez le minimum. Et si vous arrivez dans un pays et que vous avez besoin de vêtements spécifiques (si vous décidez de passer l’hiver au Canada par exemple), vous les achèterez sur place. Il existe partout dans le monde de nombreux magasins de vêtements d’occasion tout à fait correct. Idéal si vous allez utiliser une robe, une polaire ou une doudoune juste quelques mois.
N’oubliez pas d’emporter un disque dur dans lequel vous stockerez vos données et votre travail. Et ranger ce disque dur dans un sac différent de celui qui contient votre ordinateur.
Voyagez avec sa maison et son travail sur le dos, c’est aussi être conscient du risque de perte ou de vol. Et sans tomber dans le stress et la paranoïa, nous vous invitons à jouer la sécurité.

Couverture santé

C’est l’une des priorités auxquelles penser lorsqu’on se prépare à voyager sur du long terme. Protégez-vous contre tout problème de santé pouvant survenir à l’étranger.
Ne négligez surtout pas cette partie et assurez-vous de partir avec une assurance qui vous protège un maximum.
Et effet si tomber malade n’est jamais agréable, ça l’est encore moins si vous êtes à l’étranger et que vous revenus dépendent de vous à 100%. Etre freelance c’est mettre un trait sur les congés maladie. Alors plus tôt vous êtes sorti d’affaire, mieux c’est.
Et pour cela, avoir une bonne assurance est primordial.

Et surtout profitez ! Tentez l’aventure, sautez le pas et les opportunités apparaîtront en chemin…

Inscrivez-vous à la newsletter !

Tenez-vous informé