Que faire lors d’un city-trip à Istanbul ?

Publié le 05/05/2022 à 09h34 et mis à jour le 05/05/2022 à 10h10

Située de part et d’autre du détroit de Bosphore, Istanbul est la plus grande ville de la République de Turquie. L’ancienne capitale est surtout unique, avec un pied en Orient et l’autre en Occident. En plus de son patrimoine historique mirifique, que visiter à Istanbul à l’occasion d’un city-trip ?

Le palais de Topkapi

Le palais de Topkapi se trouve dans le cœur historique d’Istanbul, le quartier de Sultanahmet. Ce dernier compte d’ailleurs de nombreux autres édifices remarquables à programmer lors de votre citytrip (Mosquée bleue, Sainte Sophie, musée des arts turcs et islamiques, etc).

Édifié durant le XVe siècle, le palais de Topkapi fut la résidence des souverains ottomans pendant plus de 500 ans. Aujourd’hui, cet édifice est l’un des plus emblématiques d’Istanbul. Depuis 1985, il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Son architecture et sa décoration d’une grande richesse font de ce palais une étape incontournable. Il faut d’ailleurs absolument y visiter le harem impérial, la bibliothèque d’Ahmet III, les appartements de la Sultane Mère ou encore les anciennes écuries.

La basilique Sainte Sophie

Joyau de l’architecture byzantine, la basilique Sainte Sophie est probablement l’un des lieux les plus emblématiques de l’ancienne Constantinople. Cet imposant lieu de culte est édifié une première fois durant le IVe siècle. Mais sa forme actuelle résulte d’une seconde construction réalisée 200 ans plus tard.

Durant le XVe siècle, Constantinople tombe aux mains des armées ottomanes en 1453. Sainte Sophie devient alors une mosquée, et ce, jusqu’à la première guerre mondiale. Elle échappe alors de peu à un dynamitage et est finalement transformée en musée après restauration.

Depuis 2020, Sainte Sophie abrite de nouveau une mosquée.

L'église Sainte-Irène

L’église Sainte-Irène n’est pas très impressionnante de par ses dimensions. Toutefois, elle représente un pan important de l’histoire de celle que l’on nommait autrefois Constantinople.

L’église Sainte-Irène fut construite une première fois en 324 par l’empereur Constantin 1er. Son emplacement est alors très symbolique puisqu’il s’agit de l’endroit où se dressait un temple dédié à Aphrodite, la déesse de l’Amour. Sainte-Irène fut la première cathédrale de la ville.

L’édifice tel que nous le connaissons actuellement a été bâti en 537 sous l’empereur Justinien. Cet édifice orthodoxe est aujourd’hui la seule église à ne pas avoir été transformée en mosquée à Istanbul.

Une croisière sur le Bosphore

Le Bosphore est un détroit qui relie la mer Noire à la mer de Marmara. Ce chenal naturel est intimement lié à l’histoire d’Istanbul. Impossible donc de s’imprégner de l’ambiance de la ville sans prendre un bateau pour voguer sur les flots du Bosphore.

Cette courte promenade sur l’eau est une belle occasion d’avoir un point de vue unique sur la ville. Vous pourrez ainsi admirer des palais et des yali, ces riches demeures anciennes construites au bord de l’eau. Les rives du Bosphore sont très verdoyantes dès que l’on s’éloigne un peu du cœur de la métropole.

Les plus beaux hammams d'Istanbul

Egalement appelé bain turc, le hammam est né à Istanbul. L’ancienne capitale compte quelques-uns des plus beaux hammams traditionnels du pays. Sensé permettre la purification de l’esprit et du corps, ce bain de vapeur chaude puise son inspiration des thermes romains.

Parmi les hammams les plus remarquables à Istanbul, on trouve notamment :

Süleymaniye Hamamı : c’est probablement le plus beaux de tous les hammams d‘Istanbul. Il fut réalisé en 1557 à la demande de Soliman le magnifique ;

Cağaloğlu Hamamı : ce hammam est le dernier de l’époque ottomane. Il date de 1741. Son style peu ordinaire est à la croisée de plusieurs influences ;

Aya Sofya Hürrem Sultan Hamamı : il fut construit au XVIe siècle pour satisfaire une demande de l’épouse du sultan Soliman le Magnifique. L’architecte à qui fut confié sa construction est le même que celui qui édifia la Basilique Sainte-Sophie et la Mosquée Bleue ;

Kılıç Ali Paşa Hamamı : construit durant le XVIe siècle, l’architecture et la décoration de ce hammam sont remarquables.

La Mosquée bleue

Située juste en face de la Basilique Sainte-Sophie, dans le quartier de Sultanahmet, la Mosquée bleue est l’un des édifices les plus emblématiques d’Istanbul.

Elle fut édifiée au début du XVIIe siècle à la demande du sultan Ahmet Iᵉʳ. Elle est alors sujette à de nombreuses critiques car elle dispose de 6 minarets, comme la mosquée de la Mecque.

Celle qui porte à l’origine l’appellation de mosquée du sultan Ahmet doit son nom à ses magnifiques tuiles de faïence bleu qui recouvrent son imposant dôme.

Le Grand Bazar Istanbul

Le Grand Bazar est un passage obligé dans tout citytrip à Istanbul. En effet, c’est le plus grand marché couvert d’Europe et l’un des plus grands bazars au monde. La partie la plus ancienne remonte au milieu du XVe siècle. Au fil des ans, le Grand Bazar Istanbul n’a cessé de s’agrandir.

Avec plus de 60 allées et 4000 boutiques, l’offre est impressionnante et colorée. Une ambiance unique se dégage, entre orient et occident. Enfin, il y a une chose qui est immuable depuis des siècles et qui contribue à cette ambiance, c’est le marchandage des prix.

La tour de Galata

Lors de votre city trip à Istanbul, impossible de ne pas voir la tour de Galata perchée sur les hauteurs de la ville. Elle fut édifiée par les Génois durant le XIIIe siècle qui bénéficiaient d’accords commerciaux.

Avec sa hauteur de 68 mètres et des fondations à 35 mètres au-dessus du niveau de la mer, elle offre un point de vue unique à des centaines de mètres à la ronde. Elle servit ainsi pour surveiller les bateaux de marchandise, puis les incendies, et finalement comme prison.

Aujourd’hui, les neuf étages de la tour de Galata offrent un panorama unique sur tout Istanbul et le détroit du Bosphore.

Le palais de Dolmabahçe

Durant le XIXe siècle, l’Empire Ottoman est sur le déclin. Le sultan Abdülmecit Ier veut alors prouver le contraire et ordonne la construction du palais de Dolmabahçe. Celui-ci est achevé en 1853 avec un style très occidentalisé. Trois ans plus tard, il devient la résidence impériale des sultans à la place du palais de Topkapi, et ce, jusqu’à la fin du califat en 1924.

Le prix de ce palais est pharaonique et coûte à l’Empire Ottoman l’équivalent de 35 tonnes d’or. On y trouve aujourd’hui encore l’une des plus grandes collections de lustres en cristal de baccarat et de bohème, le tout dans un cadre luxueux et démesuré.