Tendances du tourisme 2022 : quelles sont-elles ?

Publié le 12/05/2022 à 09h23 et mis à jour le 18/05/2022 à 14h40

Après deux années difficiles à cause du covid, il est de nouveau possible de voyager. Toutefois, cette situation particulière a fait naître de nouvelles envies en matière de tourisme. Quelles sont les tendances en 2022 ?

Le tourisme de proximité : voyager près de chez soi

Avec la pandémie, voyage ne rime plus nécessairement avec longue distance. Au contraire, nombreux sont ceux qui ont envie de (re)découvrir le charme de nos régions en prenant leurs vacances en France.

Cette forme de tourisme permet de vivre un dépaysement et une belle expérience à quelques heures de chez soi. Cela peut être par exemple pour découvrir la Bretagne, la Corse, Paris, la Provence ou encore les Châteaux de la Loire.

Le tourisme de proximité n’est pas nouveau mais connaît un important regain d’intérêt en 2022. Ce phénomène a déjà été observé outre-Atlantique. En effet, après la crise financière de 2008, les Américains avaient privilégié le tourisme “patriotique” plutôt que des vacances à des milliers de kilomètres. C’est que l’on nomme en anglais “staycation”.

Le tourisme d'itinérance pour voyager sans attache

Se réveiller au bord de la mer, changer de lieu au gré de ses envies, ne pas avoir de contraintes, sortir des sentiers battus, c’est la grande tendance du moment.

Le cyclotourisme : des vacances à vélo

Le besoin de liberté et de renouer avec la nature donne envie à beaucoup de Français de devenir nomades, tout du moins le temps de leurs congés.

Si le cyclotourisme existe depuis des décennies dans l’Hexagone, il connaît une résonance toute particulière après le confinement. Un phénomène qui touche plus spécialement les plus de 50 ans qui ont envie de prendre le temps de vivre pendant leurs vacances.

La vanlife et autres modes d'itinérance

Pour éviter les lieux de villégiature bondés, vus et revus, les demandes de location de caravanes, teardrops, vans aménagés et autres camping cars explosent.

Cette alternative au cyclotourisme repose sur les mêmes envies, en particulier de renouer avec la nature. La différence est tout de même de taille puisque le confort d’un van ou même d’une teardrop est bien supérieur. En outre, toute la petite famille peut suivre.

Là encore, cela permet de se poser (presque) n’importe où et de profiter de l’instant présent. Quoi de mieux pour se sentir libre ?

Le noworkation: séparer travail et loisirs

Pour bien comprendre la notion de noworkation, il faut d’abord savoir ce qu’est le workation.

Qu'est-ce que le workation ?

Le workation est une tendance qui nous vient tout droit des Etats-Unis. Outre-Atlantique, on parle également de workoliday ou de woliday. L’idée de base consiste à ne plus faire de séparation entre le travail et les loisirs.

Même s’il n’existe aucune définition précise, le workation sont des vacances studieuses, un temps de loisirs entrecoupé de travail à distance ou vice-versa.

Qu'est-ce que le noworkation ?

La noworkation, c’est exactement l’inverse du workation. Cette fois, il y a une séparation franche avec d’un côté la vie professionnelle et de l’autre l’oisiveté et les loisirs.

Cette tendance est la conséquence même du confinement et du télétravail que beaucoup de travailleurs se sont vus imposés. Ce dernier a considérablement empiété sur la vie des salariés. Rien de surprenant à ce qu’ils désirent désormais une coupure nette entre le temps dédié à leur activité professionnelle et celui dédié à leur vie personnelle.

Le revenge travel : voyager à l'excès pour rattraper le temps perdu

De nombreuses personnes ont dû reporter ou annuler différents projets de vacances ou de voyage ces deux dernières années à cause du covid. Le « revenge travel », littéralement en français « voyage de vengeance » consiste à reprendre son droit de voyager, sa liberté de se déplacer dans le monde entier.

L’idée est donc bien de voyager pour évacuer la frustration d’avoir été empêché de voyager ces derniers mois. Cette forme de revanche est comparée par certains à d’autres excès, notamment la boulimie. En effet, l’objectif du “revenge travel” est de parcourir le monde le plus possible avec toujours la crainte d’être de nouveau privé de cette liberté.

Quoi qu’il en soit, le revenge travel est une toute nouvelle tendance qui rencontre un écho de plus en plus important auprès des Français.

Opter pour le tourisme responsable

La pandémie mondiale de covid a ouvert les yeux de beaucoup de voyageurs. Ceux-ci ont ainsi pris conscience de l’urgence à être plus respectueux de la planète en privilégiant le tourisme écologique.

Cette manière de voyager n’est évidemment pas une nouveauté. Le tourisme durable existe déjà depuis des années. Toutefois, il semblait jusqu’ici réservé à un petit nombre. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui veulent allier plaisir, détente et écologie. Cela peut être en partant moins loin, en optant pour des moyens de transport plus respectueux ou en compensant leur empreinte carbone.

Le tourisme de la dernière chance

Le tourisme de la dernière chance est parfois nommé tourisme de l’urgence. Cette manière de voyager repose sur l’idée que certains sites ou formes de vie sont voués à disparaître sous l’effet du réchauffement climatique.

L’objectif pour ces voyageurs de la dernière chance est donc d’aller contempler une dernière fois un paysage, un lieu, la faune ou la flore avant sa disparition. Cela peut être par exemple les îles Galápagos, les ours polaires, l’Amazonie, la banquise, la Grande Barrière de Corail ou encore l’île de Pâques.

Le tourisme de la dernière chance connaît un engouement qui va croissant alors qu’il met encore plus en péril des écosystèmes déjà fragilisés.