Le slow travel, pour voyager autrement

Publié le 07/12/2022 à 16h43 et mis à jour le 07/12/2022 à 17h14

Plus qu’un effet de mode, le slow travel est une façon de voyager qui fait de plus en plus d’adeptes. Qu’est-ce que c’est ? Quels sont les atouts du slow travel ? Comment mettre en pratique le “voyage lent” 

Slow travel, de quoi parle-t-on ?

Le terme de “slow travel” peut être traduit littéralement en français par “voyage lent”. Ce que l’on appelle également slow tourisme est une façon différente d’appréhender le voyage. Cette philosophie incite le voyageur à prendre son temps, par opposition au tourisme “conventionnel” de masse.

Le slow travel ne fait pas seulement l’éloge de la lenteur et de la rupture par rapport au rythme effréné de la vie actuelle. C’est une véritable invitation à lever le pied, à prendre son temps, à se saisir de toutes les opportunités, bref, à profiter de l’instant présent. En d’autres temps, le philosophe romain Horace aurait dit « Carpe diem » que l’on peut traduire par « cueille le jour présent ».

Le slow tourisme invite par ailleurs à se (re)connecter au monde qui nous entoure, à la culture, à la gastronomie, à la musique, aux gens du pays que l’on visite. Ce concept implique de s’imprégner des lieux pour le vivre  véritablement. Il y a également l’idée de voyager de manière durable, en respectant les lieux visités, l’environnement et les communautés locales.

Quels sont les atouts du slow travel ?

Le mouvement du slow travel n’est pas qu’un simple effet de mode. C’est une véritable volonté de voir les choses autrement. Quels avantages offre-t-il ?

Arrêter de courir et revenir reposer

La façon dont nous voyageons au XXIe siècle est identique à notre mode de vie au quotidien. C’est sans cesse la course et les vacances sont loin d’être de tout repos. Les activités s’enchaînent, les visites également. Finalement, il n’est pas rare d’être plus fatigué de retour d’un voyage qu’au moment de partir en vacances.

En adoptant la slow travel attitude, c’en est fini de courir pour absolument tout voir et surtout pour respecter le sacro-saint programme. Le “tourisme lent” vous permet d’aller à votre rythme. Vous ne visiterez pas autant de monuments et de lieux, mais vous apprécierez l’absence de contrainte. Idéal pour se reposer, aussi bien physiquement que psychiquement.

Vivre pleinement l’instant présent

La philosophie du slow tourisme, c’est de profiter de chaque instant. Un coucher de soleil sur une plage, une rencontre avec des habitants, une spécialité culinaire à la terrasse d’un restaurant, l’ambiance d’un bar loin des circuits touristiques.

Le vrai luxe n’est finalement pas de dormir dans un hôtel haut de gamme, mais bien de pouvoir savourer chaque instant de son voyage.

Des imprévus pour sortir des sentiers battus

Votre séjour ne dure que 8 jours ? Il est alors tentant de se concocter un programme riche en visites de lieux emblématiques ou encore de bâtiments historiques. Toutefois, tout ceci se fait au pas de course. Vous n’avez réellement le temps que de visiter, sans véritablement pouvoir vous imprégner de l’endroit où vous êtes.

Pour cela, il vous faut ralentir. Le slow travel vous donne le temps de découvrir, et non plus seulement de visiter. Le contact avec les habitants se noue alors plus facilement. Ceux-ci sont souvent ravis de partager leur culture et de vous orienter vers des choses à faire qui sortent des sentiers battus.

De fantastiques rencontres humaines

En vous intéressant à ce qui vous entoure, aux coutumes locales, au mode de vie ou encore à la gastronomie, vous perdez votre statut de touriste au profit de celui de voyageur. Les habitants ont alors un regard différent sur vous.

Vous ne faites plus partie d’un groupe de vacanciers déferlant sur un site ou sur une ville pendant quelques heures avant d’en repartir tout aussi vite. Vous êtes un voyageur dans le sens noble du terme. Cela vous donne l’opportunité de faire de fantastiques rencontres humaines.

Voyager moins cher et de manière plus respectueuse

Le tourisme n’est pas toujours respectueux des sites historiques, des populations et de l’environnement. Cela implique souvent de prendre l’avion pour se rendre d’une ville à une autre le plus rapidement possible. Pour cela, il faut parfois utiliser des infrastructures qui sont construites au mépris de certains peuples ou de la nature.

Le slow travel est une véritable prise de conscience de l’impact que l’on peut involontairement avoir en tant que touriste. Le voyageur qui prend son temps privilégie des moyens de transport moins rapides, comme le train, le car, l’auto-stop, le vélo ou même la marche à pied. Il réserve dans des hôtels qui ne sont pas uniquement dédiés aux touristes, voire dort chez l’habitant. Il mange dans les “street food” ou dans les restaurants locaux. Il fait vivre l’économie du pays qu’il visite.

Par ailleurs, les personnes adeptes du “voyage lent” ont besoin d’un budget moindre, ce qui leur donne l’opportunité  de voyager plus souvent.

Comment mettre en pratique cette façon différente de voyager ?

Cette reconnexion à ce qui est essentiel séduit de plus en plus de Français. Pour autant, à qui s’adresse cette manière de voyager en prenant son temps ?

Slow travel : pour qui et où ?

Cette nouvelle approche du voyage n’est ni réservée à des jeunes branchés, ni à des personnes qui se rendent forcément à l’autre bout du monde. C’est avant tout un état d’esprit.

Le slow travel s’adresse à tous car il ne nécessite ni matériel particulier, ni budget conséquent. En outre, cette invitation à profiter pleinement de vos vacances se pratique partout, que ce soit aux Etats-Unis, en Thaïlande, en Afrique du Sud ou même en France !

Combien de temps ?

Le voyage lent se prête évidemment plus facilement à des séjours de 15 jours ou d’un mois par exemple. Certains partent même plusieurs mois durant.

Toutefois, ce n’est pas toujours possible. C’est la raison pour laquelle de plus en plus de personnes partent pour 8 jours. Juste le temps d’une reconnexion avec la nature et tout ce qui est vraiment important dans la vie.

Une aventure sans planification ?

Si le “voyage lent” est une invitation à l’aventure, cela ne signifie pas pour autant que rien ne doit être planifié. Vous aurez à prévoir certaines démarches (passeport, vaccination, etc) ou encore la réservation de vos billets d’avion ou de train selon la destination choisie.